Gérer les conflits dans une équipe

Une équipe professionnelle est régulièrement confrontée à des conflits de divers ordres. Inévitables, les conflits bien gérés permettent d’enrichir le travail d’équipe. A l’inverse, s’ils sont mal gérés, ils nuisent à la dynamique d’équipe et à la qualité du travail. Le manager est au centre de la gestion de conflits, qui relève de son rôle propre, de sa responsabilité.

2 erreurs à éviter

Fuir

Résoudre un conflit en fuyant dans votre bureau serait bien trop facile… La réalité demande un peu plus d’efforts ! Le plus difficile étant sans doute de supporter la période conflictuelle et les tensions qui l’accompagnent, le temps de retrouver sérénité et convivialité au travail.

N’abandonnez pas votre équipe en plein conflit !

Le manager ne doit pas être spectateur du conflit, il gère le conflit pour en tirer des atouts.

Prendre parti

S’il décide de prendre parti pour l’un des membres de l’équipe, non seulement le manager devient acteur du conflit, mais surtout il abandonne l’un de ses rôles clés, celui de médiateur. Si bien, que plus personne n’est en position de souder à nouveau l’équipe :

elle est comme divisée en 2.

La bonne attitude du manager

Comment agir sur le conflit sans prendre parti ? Comment obtenir la meilleure issue sans qu’aucun membre de l’équipe ne se sente marginalisé ? Sans favoriser quelqu’un au détriment des autres ? Tout autant de questions qui traversent l’esprit d’un manager soucieux d’optimiser le capital humain.

Avant le conflit

En repérant les signes avant-coureurs d’un conflit, le chef d’équipe peut éviter la survenue d’un conflit, ou son aggravation. Cela demande d’être très observateur sans être intrusif :

  • Un membre de l’équipe se marginalise
  • L’humour et la bonne ambiance s’effritent
  • Les discussions se font plus longues et argumentées

Ses signes entre autres, annoncent un désaccord qui peut engendrer des conflits s’il n’est pas enrayé. En organisant des réunions régulières mais brèves et constructives :

  • Chacun s’exprime sur son travail, ses besoins, ses points de vue
  • Le chef d’équipe suit l’évolution du projet
  • Il montre l’exemple en faisant preuve de souplesse, en trouvant de bons compromis

Pendant le conflit

Gérer les émotions des membres de l’équipe

Il ne s’agit pas de contrôler les émotions de l’équipe, fort heureusement ! Mais plutôt de savoir comment se positionner par rapport aux émotions de chacun, qui ont tendance à être contagieuses. Plutôt que de se laisser imprégner des émotions de son équipe, le manager aide à canaliser les émotions grâce à son attitude neutre et médiatrice.

Laisser chacun exprimer ses émotions permet aux tensions de s’évaporer. Vider son sac permet souvent de repartir du bon pied ! Montrez-vous à l’écoute tout en gardant une attitude posée, afin de montrer l’exemple. Gardez une distance émotionnelle pour préserver votre impartialité.

Un médiateur qui montre l’exemple

Même si la hiérarchie est bien présente au sein d’une équipe, chacun est avant tout humain. En montrant sa capacité à prendre des décisions sans jouer d’une autorité excessive, le manager assume son « humanité » tout en jouant son rôle.

Le manager montre l’exemple

Il donne ses points de vue en affichant une ouverture d’esprit. Il reformule les discours des uns et des autres de manière objective. Cette souplesse est essentielle dans la gestion de conflits : elle permet de trouver des compromis positifs et de permettre à chacun de progresser dans le travail d’équipe.

En somme, la gestion de conflits demande un certain talent, entre gestion des émotions et médiation, souplesse et fermeté.

Written by ADD+Gauthier

Auteur du blog ADD Management Durable, je suis acteur de la transformation du management de projet et vous propose de partager ici mes découvertes, réflexions... N'hésitez pas à partager les votre ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *